La Tsarine noire et autres contes, précédé de "Puissances du masochisme"

By Leopold von Sacher-Masoch, Roger Dadoun

« Au fil d’un discussion coupé au couteau, les mots fulgurent en éclairs de lame, et lacèrent, et tranchent ; le récit, soutenant los angeles montée en puissance de l’esclave du tsar, sa maîtresse devenue son maître, dans un essai d’une journée “pour voir”, progresse à coups de coutelas – une splendide esclave noire en est l’implacable virtuose; les corps d’hommes, boyards et nobles, sont transpercés, découpés, écartelés – pour ce renversant couronnement couronnant le renversement des rôles : los angeles tête du tant aimé tsar est décollée – tranchée. Phallus cou coupé! Les touches de rouge sang qui émaillaient paysages, vêtements et visages culminent en “bain de sang”. Et voici que surgit soudain, jaillissant du texte de ce cher Masoch, se délestant de tout esclavage et de toute emprise sexuelle, cette “souveraine de Galicie”, l. a. “tsarine noire”. Mais pour quelle autre archaïque ou neuve souveraineté, qui répondrait à cette énigme pelotée flagellée refoulée “depuis l. a. fondation du monde”: mais que veut los angeles femme? ».

Show description

Preview of La Tsarine noire et autres contes, précédé de "Puissances du masochisme" PDF

Similar Essays books

Letters from the Earth: Uncensored Writings (Perennial Classics)

"I have instructed you not anything approximately guy that isn't actual. " you need to pardon me if I repeat that comment from time to time in those letters; i would like you to take heavily the issues i'm telling you, and that i consider that if I have been on your position and also you in mine, I should still desire that reminder at times, to maintain my credulity from flagging.

Scout, Atticus, and Boo: A Celebration of Fifty Years of To Kill a Mockingbird

To commemorate the fiftieth anniversary of Harper Lee’s cherished vintage To Kill a Mockingbird, filmmaker Mary Murphy has interviewed favorite figures—including Oprah, Anna Quindlen, and Tom Brokaw—on how the publication has impacted their lives. those interviews are compiled in Scout, Atticus, and Boo, the ideal significant other to 1 of crucial American books of the twentieth Century.

El laberinto de la soledad

Octavio Paz has written essentially the most enduring and robust works ever created on Mexico and its humans, personality, and tradition. in comparison to Ortega y Gasset's The insurrection of the loads for its trenchant research, this assortment includes Octavio Paz' most famed paintings, The Labyrinth of Solitude, a fantastically written and deeply felt discourse on Mexico's quest for identification that provides us an unequaled examine the rustic hidden at the back of the masks.

Stone Age Economics

Stone Age Economics is a vintage learn of anthropological economics, first released in 1974. As Marshall Sahlinsstated within the first version, "It has been encouraged by way of the potential for 'anthropological economics,' a standpoint indebted quite to the character of the primitive economies than to the kinds of a bourgeois technological know-how.

Extra resources for La Tsarine noire et autres contes, précédé de "Puissances du masochisme"

Show sample text content

Mon cœur a soif de sang, comme le vôtre de baisers. – Bien. Tu pourras te désaltérer, healthy l. a. tsarine en frissonnant. Il n’est permis à aucun homme de porter une arme dans mes domaines. Je te fais grâce, Tigris. Tu seras mon bourreau ». l. a. négresse poussa un cri sauvage, le cri d’une bête fauve. Narda healthy venir le maître du trésor, lui donnant l’ordre de préparer pour midi les armes de sa garde d’après ses symptoms. � – Ce n’est pas attainable, murmura le vieillard d’un air pensif. – Tu le rendras attainable, répondit Narda, sinon gare à ta tête ! » Le visage de l. a. négresse s’éclaira. Sur un mot de los angeles tsarine, on sortit des écuries impériales les chevaux les plus fougueux. Les jeunes femmes, chacune portant un arc et un carquois en bandoulière et tenant une lance à l. a. major, s’élancèrent sur le dos des nobles bêtes et quittèrent, joyeuses, l’enceinte du château, pour suivre leur maîtresse à los angeles chasse à l’ours. l. a. forêt étendait au loin ses arbres blancs. los angeles neige couvrait l. a. terre comme un linceul, révélant les lines noires de l’animal. Les chiens furent découplés ; ils reniflèrent l. a. piste et l. a. suivirent jusqu’à los angeles lisière du bois où elle se perdait. l. a. tsarine chevauchait avec ses femmes le lengthy des arbres. L’aboiement de l. a. meute leur apprit que l. a. chasse avait commencé. Elles l’entendirent se rapprocher. Tout à coup, l’ours montra sa tête ébouriffée derrière le taillis et avança deux pattes sur los angeles lisière de los angeles forêt. Deux chiens l’avaient saisi par ses petites oreilles. Il s’en débarrassa en une secousse et montra les dents. Les amazones s’élancèrent en poussant des cris. Dix flèches sifflèrent : l’une atteignit los angeles bête à l’œil, une autre alla se ficher entre ses côtes. Furieux, l’animal quitta l’abri de los angeles forêt et, se jetant sur le cheval de los angeles tsarine, lui enfonça ses griffes dans le cou. Déjà le souffle de los angeles bête embuait l’air autour de los angeles jeune femme. Très calme, elle se recula sur sa selle et, tandis que l’animal happait sa manche de ses terribles crocs, elle lui piqua sa lance dans los angeles gueule. Un jet de sang éclaboussa l. a. tsarine. l. a. bête eut un sursaut et, blessée à mort, s’effondra avec un râle, déchirant dans sa chute los angeles gown lustrée du cheval impérial. Narda essuya son arme au poil de l’animal, choisit une autre monture et prit le chemin couvert de neige qui pénétrait dans los angeles forêt. Ses femmes retirèrent leurs flèches du cadavre de l. a. bête qu’Olga attacha à l. a. selle de son cheval. Bientôt, los angeles tsarine vit s’élever une colonne de fumée mêlée d’étincelles, par-dessus les arbres blancs. En même temps, elle perçut le bruit régulier d’un marteau, suivi des gémissements de l’enclume. Elle avança dans cette course et découvrit, à un endroit où le fourré s’éclaircissait, les buildings noires et basses d’une forge. Elle s’arrêta. Un homme vêtu de toile, sa puissante poitrine mise à nu, se tenait debout dans los angeles neige qui lui montait jusqu’à los angeles cheville. Apercevant l’amazone qui, frissonnante, ramenait sur elle son plentiful pelisse, il essuya du revers de sa manche son entrance ruisselant de sueur et releva les cheveux courts qui retombaient sur son visage brun, à l’expression farouche.

Download PDF sample

Rated 4.04 of 5 – based on 42 votes